Un thé à Whitechapel

Pour lire les chapitres précédents, c’est ici :
http://albertlemant.com/un-the-a-whitechapel

***

CHAPITRE 28–

Les cent démons étaient revenus.
Ils dansaient sur son dos, plantaient leurs lances dans son échine. Ses cris les faisaient rire de plus belle. Les enfants aux yeux noirs couraient autour de lui et jetaient des fleurs vénéneuses sur son passage. Lorsque ces fleurs atteignaient sa peau, elles s’y collaient comme des ventouses et y pénétraient en laissant des cratères purulents. Les tambours étaient assourdissants. Un démon bondit sur sa trompe, brandissant une carabine. Son uniforme écarlate étincelait dans le soleil couchant. Il le mit en joue et visa entre les deux yeux. Il souriait. Ses dents étaient aiguisées comme celles d’un requin. Le démon avait le visage de son père…
Orange Pekoe se réveilla.

Où était-il ? Etait-ce le jour, était-ce la nuit ?
Il avait froid. Et faim. Si l’araignée ne l’avait pas dévoré c’est qu’il n’était pas encore mort. Des cordes le maintenaient solidement entravé au sol, sur sa tête un sac puant lui rentrait dans la bouche et dans les narines.
Clapotis de rats dans l’eau nauséabonde. Couinements. Silence. Plus tard, d’autres sons. Le raclement d’une chaise sur le plancher, au-dessus de lui. Des bouteilles qu’on entrechoque. Des éclats de voix. Des rires, des sanglots. Une porte qui s’ouvre. Le tintement d’une tasse. La terreur qui monte. Un liquide qu’on verse. Des rires à nouveau. La nausée, encore. Le cauchemar, encore…

Trois jours que durait cette torture.
Effondrée sur le comptoir et passablement ivre, Jenny n’avait pas la force de refuser les verres que lui remplissait Jack The Knife.
« Bois ma belle, et sois contente que ta p’tite caboche n’se transforme pas en flacon de whisky à chaque gorgée ! Comme ton p’tit Lord, là-d’sous… le coup du thé, tout de même, quel sacré numéro ! Il est fortiche l’animal, faut r’connaître ! Quelle descente ! J’ai pas encore bien compris son arnaque, mais j’y travaille… allez bois un coup… y’a rien de tel pour noyer son chagrin… me dis pas que t’es tombée amoureuse d’une théière tout de même ?… Une grande fille comme toi !…
« Salaud, murmura la malheureuse en glissant de son tabouret, t’es vraiment ignoble ! T’as aucune pitié !… Tu…
Jack ricana sauvagement et frappa du poing sur le zinc.
« Bloody hell !… J’te connais Jenny ! T’es comme tout l’monde, tu changeras d’musique quand t’auras vu les liasses qu’on va empocher quand on aura fourgué c’phénomène à Cristobal Li ! T’inquiète pas ma vieille, t’en croqueras aussi du pactole au père Li…
« Cristobal Li ? Non Jack ! Tu n’as pas le droit ! Tu ne peux pas faire ça ?…
« Ben j’vais m’gêner la rouquine !… Tu crois quand même pas que j’vais le nourrir indéfiniment au frais d’la princesse ? Va falloir qu’y gagne sa croûte l’aristo ! Mais faut pas s’tracasser ma belle, y s’ra aux petits oignons, ton Lord, dans le cirque de Mister Li, entre la femme-spaghetti et l’homme-tronc !…
Il éclata de rire…
« Eh !… Ça va être la grande classe pour lui ! La plus grande foire de monstres de tout l’East-End ! 
On frappa à la porte.
« Tiens ! Quand on parle del lupo !… Entrez Signore, entrez !…

***

Pour lire les chapitres précédents, c’est ici :
http://albertlemant.com/un-the-a-whitechapel